Bâtir / compagnie la chambre noire

Publié par Zebrilde le

Photo Fanny Desbaumes

Au mois d’avril, j’ai eu le plaisir de travailler sur un spectacle singulier imaginé par Raphaël Patout et la troupe de comédiens et artistes qu’il a réunis. Il s’agissait de réfléchir à la question de construire ensemble, comment, et pour quoi faire…

Pour moi il s’agissait de fabriquer du son à partir de matériaux bruts (sons de chantiers, ateliers, prises de sons de téléphone portable…) et d’essayer de construire des paysages sonores, ruptures, énergies. Tout un programme !

La création a eu lieu le 27 avril au théâtre des Célestins à Lyon.

Vous pourrez voir le spectacle du 5 au 7 octobre à Nevers, et du 11 au 23 octobre au théâtre de la cité internationale à Paris.

Distribution

CONCEPTION & MISE EN SCÈNE Raphaël Patout

JEU Pierre-Francois Doireau, Josée Drevon,
Damien Houssier, Elisabeth Hölzle et Pauline Huruguen
SCÉNOGRAPHIE Géraldine Trubert
COSTUMES Sigolène Petey
LUMIÈRES Hugo Dragone

SON Mathilde Billaud
INCONOGRAPHIE Alban Gervais
CONSTRUCTION Elise Nivault
PRODUCTION & DIFFUSION Martine Desmaroux et Valérie Perriot-MorlacPRODUCTION La Chambre Noire

Résumé

Dans le contexte de la crise sanitaire que nous traversons, la question de l’habiter a un caractère singulièrement actuel. Nous sommes partiellement ou totalement privés du « dehors ». Il nous faut repenser notre travail, nos loisirs et notre repos au sein d’un même espace, ce qui entraîne parfois un réaménagement de nos logements. Suivant où l’on habite et notre type de logement, nous sommes amenés à transformer notre cuisine en bureau, notre salon en salle de yoga. Cette manière de réagencer relève de l’architecture.
Francis, architecte autodidacte et profane en beaucoup de choses, souhaite créer la Città Nuova, la ville nouvelle ! On l’a rencontré il y a deux ans dans le spectacle éponyme.
Depuis, il a voyagé. Il a arpenté diverses villes et a fait de ces visites un objet d’étude et d’expérimentations. Nourri par ailleurs de lectures variées, il a peu à peu élaboré son discours et l’a mis à l’épreuve. Il a organisé des réunions publiques lors desquelles il a exposé ses hypothèses et les premières esquisses de la Città Nuova. Il a rencontré des contradicteurs, mais aussi des sympathisants.
Aujourd’hui, il a réuni quatre d’entre eux au sein d’un atelier improvisé et il désire partager sa réflexion. Radicalement différents, tous partagent cependant un même constat désespéré, une même mélancolie : ils ne peuvent pas continuer comme ça ! Ils sentent bien qu’il s’agit aujourd’hui de recréer du sens, de penser et de construire autrement.

Catégories : Spectacles